Dossiers
Divers
 

Voyage nocturne du Messager d’Allah (saw) et l’imposition des prières

 

Voyage nocturne du Messager d’Allah (saw) et l’imposition des prières

Le Messager d’Allah (saw) a dit : “On m’amena al-Burâq, une monture blanche élancée, plus grande qu’un âne et plus petite qu’une mule, qui d’une foulée atteint l’horizon. Je le chevauchai jusqu’à arriver à la Maison Sanctifiée (de Quds). Je l’attachai à l’anneau destiné à l’usage des Prophètes.  Puis je pénétrai dans la mosquée pour prier deux rak’a, ensuite je sortis. Jibrîl (as) (Ange Gabriel) m’apporta un récipient contenant du vin et un autre du lait. Je choisis le lait et Jibrîl (as) déclara : “Tu as choisi la nature originelle”.

Ensuite, il me fit monter avec lui au ciel et demanda qu’on ouvre. – “Qui es-tu?” demanda-t-on.
- “Jibrîl”. – “Qui est avec toi ?”. – “Muhammad”. – “A-t-il été mandé ?” – “Certes, il l’a été.” On nous ouvrit et je me trouvai aussitôt en face d’Adam (as) qui me souhaita la bienvenue et invoqua le bien pour moi.

Puis, Jibrîl nous fit monter au deuxième ciel. Il demanda qu’on ouvre. – “Qui es-tu?” demanda-t-on.
- “Jibrîl”. – “Qui est avec toi ?”. – “Muhammad”. – “A-t-il été mandé ?” – “Certes, il l’a été.” On nous ouvrit et je me trouvai en face de deux cousins maternels: Issa (as) fils de Maryam (Jésus) et Yahyâ (as) fils de Zakariyya (Jean fils de Zacharie), que les prières d’Allah soient sur eux ! Ils me souhaitèrent la bienvenue et invoquèrent le bien pour moi.

Puis, Jibrîl nous fit monter au troisième ciel. Il demanda qu’on ouvre. – “Qui es-tu?” demanda-t-on.
- “Jibrîl”. – “Qui est avec toi ?”. – “Muhammad”. – “A-t-il été mandé ?” – “Certes, il l’a été.” On nous ouvrit et je me trouvai en face de Youssouf (as) à qui avait été octroyé la moitié de la beauté. Il me souhaita la bienvenue et invoqua le bien pour moi.

Puis, Jibrîl nous fit monter au quatrième ciel. Il demanda qu’on ouvre. – “Qui es-tu?” demanda-t-on.
- “Jibrîl”. – “Qui est avec toi ?”. – “Muhammad”. – “A-t-il été mandé ?” – “Certes, il l’a été.” On nous ouvrit et je me trouvai en face d’Idris (as). Il me souhaita la bienvenue et invoqua le bien pour moi
– Allah dit : “Et Nous l’élevâmes à un haut rang”.

Jibrîl nous fit monter au cinquième ciel. Il demanda qu’on ouvre. – “Qui es-tu?” demanda-t-on.
- “Jibrîl”. – “Qui est avec toi ?”. – “Muhammad”. – “A-t-il été mandé ?” – “Certes, il l’a été.” On nous ouvrit et je me trouvai en face d’Haroun (as). Il me souhaita la bienvenue et invoqua le bien pour moi
– Allah dit : “Et Nous l’élevâmes à un haut rang”.

Puis, Jibrîl nous fit monter au sixième ciel. Il demanda qu’on ouvre. – “Qui es-tu?” demanda-t-on.
- “Jibrîl”. – “Qui est avec toi ?”. – “Muhammad”. – “A-t-il été mandé ?” – “Certes, il l’a été.” On nous ouvrit et je me trouvai en face de Moussa (as) (Moise). Il me souhaita la bienvenue et invoqua le bien pour moi – Allah dit : “Et Nous l’élevâmes à un haut rang”.

Jibrîl m’emmena finalement au septième ciel et demanda qu’on ouvre. – “Qui es-tu?” demanda-t-on.
- “Jibrîl”. – “Qui est avec toi ?”. – “Muhammad”. – “A-t-il été mandé ?” – “Certes, il l’a été.” On nous ouvrit et je me trouvai en face d’Ibrahim (as), le dos appuyé contre la Maison Peuplée, dans laquelle pénètrent chaque jour soixante-dix mille Anges qui n’y reviennent plus.

Puis, Jibrîl m’emmena au Lotus de l’extrême limite dont les feuilles ressemblent aux oreilles de l’éléphant et les fruits à des jarres. Au moment où, par ordre d’Allah, il fut couvert de ce qui le couvrit, il se transforma. Aucune créature d’Allah ne serait en mesure de la décrire en raison de sa splendeur. Allah me révéla ce qu’Il me révéla et m’imposa cinquante prières en un jour et une nuit.

Je redescendis auprès de Moussa (as) qui demanda : « Qu’a prescrit ton Seigneur à ta communauté ? » - « Cinquantes prières », répondis-je. – « Retourne auprès de ton Seigneur, s’exclama-t-il, et demande-Lui un allègement ! Car ta communauté ne supportera pas cela. J’ai certes mis à l’épreuve les fils d’Israël et les ai testés ». Je retournai auprès de mon Seigneur et demandai : « Ô Seigneur ! Allège la charge de mon communauté ! » Alors, il en retira cinq.

Je retournai auprès de Moussa (as) et dis : « Il m’en a diminué cinq ». Celui-ci répondit : « Ta communauté ne supportera pas cela, retourne chez ton Seigneur et demande-Lui un allègement ! » Je ne cessai alors de faire le va-et-vient entre mon Seigneur, glorifié et exalté soit-Il, et Moussa (as) jusqu’à ce qu’Il dise : « Ô Muhammad ! Elles sont certes prières en un jour et une nuit, mais chacune en vaut dix. Cela fait dont cinquante prières. Quiconque songe à accomplir une bonne action et ne la réalise pas, elle sera inscrite à son compte comme une bonne action. S’il la réalise, on lui en inscrira dix. Quiconque songe à commettre un péché et ne le fait pas, rien ne sera inscrit. S’il le commet, il sera consigné comme un seul péché. »

Je redescendis alors jusqu’à Moussa (as) et l’en informai, mais il dit : « Retourne auprès de ton Seigneur et demande-Lui un allègement ! » Je répondis : « Je suis tant retourné chez mon Seigneur que j’ai honte vis-à-vis de Lui ».

 

Extrait de Sahih Muslim, Livre de la foi, Hadith 411.

 

Commentaires

 
Aucun message. Cliquez pour ajouter un commentaire

Suivez ledernierprophete.info