Dossiers
 

Une telle affinité, le sacrifice

De toute façon, il n'a pas pris de vie Celui qui est toujours en vie, Hayy… Il n'était pas dénué de vie… Son seul souhait était la sincérité… Jusqu'à ce que le couteau se taise…C’est pourquoi, il est resté silencieux.

Les rituels, les symboles ont leurs véritables sens et, une fois qu'ils sont extraits de leur sens chacun d'entre eux va rester comme un outil sans fonction, une coquille ne conduisant pas à Allah, La Vérité et, il va commencer à être perçu comme un fétiche. Un outil extrait de son sens, ne pouvant être conduit vers son objectif, se rétrogradant doucement. Chaque forme, une fois que son sens est enlevé, se détache de son but avec son état pétrifié et étant donné qu'elle est une chose qui se répète, elle se transforme de plus en plus de son sens vers un outil d'adoration déchu/idole.

En premier lieu, alors que nous nous approchons du sacrifice, nous voyons que pour comprendre la signification de celui-ci il nous faut nous rappeler le souvenir de notre ancien ami Ibrahim et de l'agneau de notre ami Ismail. Oui, il était Son ami… Il était tant attaché à Ses valeurs qu'il pouvait passer par tous les obstacles se mettant devant lui dans la voie du rapprochement envers Lui. Il a vécu un amour pouvant démontrer qu'il était plus proche que ceux qui étaient à ses côtés. Il a vécu un tel amour rempli de courage démontrant qu'il était même plus proche qu’avec ses proches. Il nous a appris à tous à voir le véritable objectif tout en écrasant toutes choses étant un obstacle sur la route tel que l'égo. Ce que Ismaïl (as), le sacrifié, nous apprend n’est pas des moindres non plus. Il nous a appris qu'il valait mieux mourir que d'être un obstacle sur la voie, ainsi, il nous a appris à ouvrir la voie et à mourir s'il le faut sur cette voie. Pour lui, vivre c'est faire vivre la voie. De toute façon, il n'a pas pris de vie Celui qui est toujours en vie, Hayy… Il n'était pas dénué de vie… Son seul souhait était la sincérité… Jusqu'à ce que le couteau se taise… C’est pourquoi, il est resté silencieux.

Ces deux-là ont été des héros de l’amour !

Les jours que nous vivons sont symbolique, au souvenir d'Ibrahim (as), afin de prouver à Allah (awj) notre attachement fort au point de se soustraire à toutes choses et notre amour avec tous ces types dans la vie. 

Nous connaissons ces couteaux … Leurs lames se sont aiguisées… Nous avons une vie tranchante sous nos talons.

Quels sont les sacrifices pour lesquelles nous pouvons renoncer à tout ? Et, nous tous à quoi sommes-nous sacrifiés ? Au nom de quoi donnons-nous nos vies, nos biens, nos efforts, notre essence ?

Chaque sacrifice, ressemble aux étapes du processus à passer afin de distinguer que le sacrifié est en fait soi-même… Ces jours, nous font vivre le désir de vivre et de mourir en se sacrifiant et lorsqu'on approche au mieux aux valeurs morales et que l'on sent que l’on peut être l'homme le plus mur, le meilleur, ils nous font vivre l'excitation de pouvoir être le meilleur sacrifice…

Ces jours, veulent-ils nous apprendre à renoncer à toutes choses et même à nous-même au nom d'un but élevé ?

Au cas où, nous avons opté et approuvé pour notre vie les valeurs divines, nous sommes tout d’abord dans l'obligation de faire vivre en nous ces valeurs. Si nous sommes choisis comme sacrifice à ce but alors, toutes nos renonciations et nos abnégations doivent être au nom de ce but.

Couper, c'est faire couler "le sang vicié", dans un sens faire couler tous nos mauvais côtés, tout comme dans l'affaire du sacrifice. C’est frelater et mélanger les bons côtés consécutivement, insérer à la vie dans le cadre des valeurs, utiliser et partager.

La Basmala, rappelle à l'homme que prendre une vie est une affaire sérieuse et qu'à ce sujet l'autorisation de Dieu est d'une grande importance. Elle nous fait ressentir que du fait de la sensibilité de l'acte, seulement lorsqu'il est sujet de bénéfice, l'autorisation peut être donnée.

Il est bon pour l'homme de cadrer à nouveau le sens perdu, de voir à nouveau avec un rituel séparé de la vie que nous nous rassasions et que nous pouvons nous rassasier avec Ses bienfaits. Que c'est Lui qui nous donne toutes choses.

Et peut-être que le sacrifice nous accentue dans notre compréhension de la vie et de la religion, que c'est le fait de partager qui nous permettra de nous rapprocher de Lui, et qu’entre Ses valeurs, c'est la valeur du partage qui est la plus précieuse.

Au cas où, nous avons opté et approuvé pour notre vie les valeurs divines, nous sommes tout d’abord dans l'obligation de faire vivre en nous ces valeurs. Si nous sommes choisis comme sacrifice à ce but alors, toutes nos renonciations et nos abnégations doivent être au nom de ce but.

Une vie sans but veut dire une mort pour rien.

Mourir en tant que sacrifice, c'est vivre en tant que "sacrifié" avec Ses valeurs, en se rapprochant de lui.

Y a-t-il quelqu'un qui ne mérite pas une vie ayant une signification et une mort ayant une signification ?

 

Commentaires

 
Aucun message. Cliquez pour ajouter un commentaire

Suivez ledernierprophete.info