Le Prophète Muhammad (saw)
Sa vie sociale
 

Un bouquet de messages laissés aux jeunes par le Prophète Muhammad (saw)

Le Messager (saw) était une personne active, il s’associa à certaines personnes et prit place dans les expéditions des caravanes commerciales. Et il fut dans sa profession, de même que dans bien d’autres domaines de la vie, d’une grande exemplarité.

Le Prophète (saw) vécut une enfance et une jeunesse chastes et pures. Sa jeunesse est un modèle à suivre, ainsi que l’a été sa vie tout entière, en raison de son caractère éminent et aussi du fait que Dieu l’ait observé et protégé de tous mal. Il était doté, avant ses quarante ans, de même qu’il en a été durant la prophétie, d’un caractère courtois et sain.

Le Messager (saw) était une personne active, il s’associa à certaines personnes et prit place dans les expéditions des caravanes commerciales. Et il fut dans sa profession, de même que dans bien d’autres domaines de la vie, d’une grande exemplarité.

Abdullah bin Abi Hamsâ (ra) rapporta une expérience qu’il eut avec le Messager (saw) : « J’avais fait affaire avec l’Envoyé de Dieu (saw) bien avant que débute sa prophétie et je lui payai une partie et lui promis de lui régler le reste plus tard au même endroit. Je partis et ne revins qu’après trois jours, car j’avais complètement oublié ma promesse. Quand je revins, je vis le prophète (saw) qui m’attendait à la même place et il me dit : « Ô jeune homme ! Tu m’as rendu la tâche très difficile, je t’attends ici depuis trois jours ! » » (Abu Daoud, Adab 90).

Il était très rigoureux dans les échanges commerciaux et faisait très attention à ne surtout pas commettre d’injustice. Les personnes ayant commercé avec lui furent toujours très satisfaites de leurs expériences.  Saib ibn Abi Salb (ra) raconte : « J’arrivai auprès du Prophète (saw) et tout le monde commença à me présenter d'une manière très élogieuse. Le Messager dit alors : « Je le connais mieux que vous ».  Je dis alors : « Que ma mère et mon père te soient sacrifiés. Tu dis vrai, tu étais mon associé et quel bel associé. Tu ne fis aucun reproche et aucune dispute » » (Abu Daoud, Adab 20 ; Ibn Maja, Tijara 63).

Il était surnommé Al-Amin (le sûr)

Les tribus mecquoises se disputaient pour savoir, laquelle d’entre elles allait remettre à sa place la pierre noire (Hajar Al-Aswad), au point de presque en venir aux armes. Abu Umayya ibn Mughira fit alors une proposition et dit : « Que celui qui rentre le premier, demain matin à l’aube, par la porte de Safa, soit notre juge sur ce sujet ». Sa proposition fut acceptée et les dignitaires qurayshites se mirent avec impatience à attendre de voir qui allait rentrer le premier dans la mosquée sacrée. Lorsqu’ils virent Muhammad (saw) arriver, ils furent tous soulagés, car ils avaient une totale confiance en sa justice et son honnêteté ; ils le surnommaient al-Amin (le sûr). Ils appelèrent le Messager et lui expliquèrent donc la situation.  Le Prophète (saw) demanda alors à ce que l’on apporte une couverture, ce qu’ils firent tout de suite. Il choisit alors un membre de chaque tribu, puis posa la pierre sur la nappe et demanda à chacun de saisir un pan de cette pièce de tissu. Ainsi, la pierre fut réinstallée à sa place par le biais de toutes les tribus et l’Envoyé de Dieu (saw) empêcha par sa clairvoyance qu’une guerre sanglante éclate. Effectivement, le Prophète (saw) était, durant sa jeunesse, une personne en qui tout le monde avait confiance. Il était encore qu’un jeune, un être humain avec des sentiments naturels et une énergie, comme tout jeune, prêt à entrer en éruption à tout moment, mais les doyens de la ville le prirent comme juge et il fut capable de résoudre cette querelle avec une grande clairvoyance. Les événements qui ont constitué sa jeunesse restent une source d’inspiration sans précédent pour nos nouvelles générations.

Quel excellent jeune homme cet Abdullah, si seulement il priait aussi pendant la nuit !

Le Prophète (saw) accordait beaucoup d’importance à l’adoration et il rappelait sans cesse aux jeunes la nécessité de la pratique religieuse. Les musulmans avaient pour habitude, à l’époque du Messager, de venir raconter à l’Envoyé de Dieu (saw) les rêves qu’ils avaient vus pour qu’il en fasse une interprétation. Abdullah bin Omar (r.anhuma) rapporte que le Prophète (saw) interpréta un de ses songes: « J’étais alors un jeune garçon célibataire et dormais dans la mosquée. Je vis un rêve étrange, dans lequel deux anges me prirent et m’emportèrent aux abords de l’enfer. C'était une sorte de conduit comme un puits avec deux saillies. J'y vis des gens que je connaissais et je dis à trois reprises : « Je me réfugie auprès de Dieu contre le feu ». Alors un autre ange vint à notre rencontre et me dit : « Ne t'effraie pas ». Je racontai ce rêve à Hafsa, qui le raconta à son tour à l'Envoyé de Dieu (saw) ; celui-ci s'écria : « Quel excellent jeune homme cet Abdullah, si seulement il priait aussi pendant la nuit ! » Salim rajouta: « Abdullah dormit très peu les nuits après cet événement ! » » (Boukhari, T’abir, 35-36, Tahajjud 2, fadail al-Ashab 19 ; Muslim, Fadail al-Sahaba 140)

Les messages destinés aux  jeunes, issus de la vie et du comportement de l’Envoyé de Dieu (saw) avant sa prophétie, sont encore très nombreux, mais il nous faut pour cela au préalable, impérativement dépasser la simple parole et être capable de représenter le message prophétique par nos actions et notre conduite.

Une jeunesse passée dans ladoration de son créateur

Le Prophète (saw) fit savoir que les jeunes ayant grandi dans l’adoration d’Allah occuperaient dans l’au-delà, une place très particulière : « Sept personnes seront à l'ombre d'Allah le Jour où il n'y aura plus d'ombre que la Sienne : le souverain équitable ; le jeune qui a  passé sa jeunesse dans l'adoration d'Allah ; le fidèle qui quitte la mosquée après avoir prié, mais dont le cœur y demeure attaché attendant la prochaine prière ; deux hommes qui s'aiment en Allah, se réunissent et se séparent uniquement pour lamour dAllah ; l'homme qu'une femme puissante et séduisante invite à commettre l'adultère et qui, par crainte d'Allah, refuse en disant : " Je crains Allah" ; lhomme qui donne l'aumône en secret au point que sa main gauche ignore ce que vient de donner sa main droite ; et celui qui, en présence daucune personne, verse des larmes en se rappelant et en évoquant son Seigneur ». (Boukhari, Adhan 36, Zakat 16, Riqaq 24, Houdoud 19 ; Muslim, 91)

Finalement, nous pouvons affirmer que toutes les périodes de la vie du Prophète (saw) sont pour nous le plus bel exemple et modèle à suivre. Les messages destinés aux  jeunes, issus de la vie et du comportement de l’Envoyé de Dieu (saw) avant sa prophétie, sont encore très nombreux, mais il nous faut pour cela au préalable, impérativement dépasser la simple parole et être capable de représenter le message prophétique par nos actions et notre conduite.

 

Commentaires

 
Aucun message. Cliquez pour ajouter un commentaire

Suivez ledernierprophete.info