Le Prophète Muhammad (saw)
Sa vie sociale
 

Le Prophète Muhammad (saw) et la compréhension du langage corporel

Lorsque le Prophète Muhammad (saw) faisait transmettre le message qui lui était révélé, la perception corporelle qu'il recevait de ses interlocuteurs a toujours été un facteur qui le guidait. Alors qu'il essayait de cerner leurs intérêts et souhaits, leurs préférences, leurs besoins, leurs intentions, leur situation intérieure, il a régulièrement utilisé ces perceptions et, il a géré cette stratégie en fonction de cela. En même temps, il a fait attention à ne pas utiliser une approche pouvant venir à l'encontre de ces données corporelles avec lesquelles il était en relation.


A. La signification de lire le langage corporel du point de vue de l'appel à l'Islam

L'appel à l'islam, est la mission de transmettre aux gens les enseignements divins provenant du Créateur. Ceci, ne consiste pas seulement à transmettre mais, en même temps il comprend le fait de décrire et d'exposé d'une manière pratique.

Même s'Il rappelle au Prophète (saw) que sa mission est simplement de transmettre et qu'au-delà de ceci, c'est en dehors de son initiative, le but de l'appel à l'Islam et d'ouvrir les interlocuteurs à l'enseignement de l'Islam, de les tirer d'une ambiance gérée par le plaisir vers une ambiance de responsabilité où la morale et la droiture règnent. En effet, il a exprimé à plusieurs occasions qu'il allait se vanter du nombre important de sa communauté face à celle des autres.

Lorsqu'il s'agit de convaincre les gens, tout comme la nature de l'enseignement il est important de connaître et de comprendre le secteur auquel on s'adresse. Il est toujours dit que l'influence est le résultat d'une bonne communication. Cependant une communication avec son interlocuteur n’implique pas proportionnellement une bonne compréhension ce celui-ci. Mais dans un échange idéal, la compréhension de l’autre joue un rôle primordial dans l’Orientation du débat. Dans cette perspective, une personne dont la mission est d’expliquer et de convaincre son interlocuteur doit avant toute chose comprendre la personne en face d’elle afin d’être efficace dans sa communication. Sinon, pour toute tentative ne s’appuyant pas à une hiérarchie semblable, un résultat négatif ne sera pas une surprise.

La communication orale est la base de la compréhension mais elle repose également sur la communication corporelle. Car, les messages donnés par le corps sont par rapport aux messages oraux plus véridiques et donc plus persuasifs. C'est pour cette raison que dans la compréhension/lecture du niveau culturel, de la situation psychologique, de leurs intérêts et intentions des interlocuteurs la communication corporelle est en avant.

Le succès de celui qui appelle à l'Islam a un rapport étroit avec la lecture et la prise en considération d'une manière correcte de ces messages. La situation à cet instant de l'interlocuteur, sa priorité sont cachées dans ces messages. Les phrases choisissant le temps et le lieu, surveillant la capacité, s'accordant avec la priorité, se dirigeant vers l'objectif ne sont que le résultat des approches s'adaptant aux messages corporels. Bien sûr, le reflet de ce type de communication va être positif. L'interaction attendue dans la communication dépend de cette adaptation de la communication aux messages corporels.

Lorsque le Prophète (saw) faisait transmettre le message qui lui était révélé, la perception corporelle qu'il recevait de ses interlocuteurs a toujours été un facteur qui le guidait. Alors qu'il essayait de cerner leurs intérêts et souhaits, leurs préférences, leurs besoins, leurs intentions, leur situation intérieure.


B. La perception du langage corporel des autres par le Prophète (saw) et les reflets de cette perception

La manière de la perception du langage corporel des autres par le Prophète (saw), est un sujet à part du point de vue du constat de son intérêt envers ce langage. Le tableau positif sortant à la fin d'une étude, va être en même temps l'expression de la conscience par lui-même de l'utilisation du langage corporel. Maintenant, examinons les exemples en rapport avec le sujet. D'après ce que raconte Abou Hourayra (ra) un jour alors qu'il était épuisé de faim il s'asseyait dans un endroit où tout le monde passait. Il demanda un verset à Abou Bakr (ra) alors qu'il passait par là-bas. Son objectif étant de faire remarquer sa faim à Abou Bakr (ra) afin qu’il le nourrit. Mais, Abou Bakr (ra) ne comprit pas son état. Omar (ra) passa. Il lui demanda à son tour un verset dans le même objectif. Mais lui non plus ne comprit pas l'intention réelle. Sur ce, l'Envoyé de Dieu (saw) passa. Lorsqu'il le vit, il sourit. Il dit en remarquant ce qu'il avait dans le cœur et l'expression de son visage "Ô Abou Hourayra suis-moi."[1] Le fait que le Prophète (saw) regarda le visage d'Abou Hourayra (ra) et le souri, démontre qu’en lisant l'expression de son visage et de son comportement il comprit son intention. En effet, suite à son sourire, le fait qu'il lui dise "suis-moi "détermine le contexte du sourire.

Alors que deux personnes s'insultaient devant le Prophète (saw), celui-ci conseilla à l'un d'entre eux dont le visage rougit de colère et ses veines jugulaires gonflèrent de faire des invocations. Ceci est significatif dans le sens où il montre son comportement envers son interlocuteur qu’est le langage corporel.

Prenons comme dernier exemple à ce sujet cette transmission en rapport à Abdoullah b. Mas'oud (ra). Selon la transmission, Abdoullah b. Mas'oud (ra) ayant des jambes très maigres, était monté une fois à l'arbre d'araq pour couper une branche de miswak. Alors qu'il ramassait le miswak, le vent souffla et l'ébranla, ce qui fit rire les compagnons. Le Prophète (saw) leur demanda pourquoi ils riaient et, sur la réponse "à cause de ses jambes maigres" il exprima en jurant que ces jambes maigres allaient peser au jour du jugement dernier plus lourd sur la balance que la montagne d'Ouhoud.[2] Le fait que le Prophète (saw) demanda de suite aux compagnons la cause de leurs rires démontre sa sensibilité envers le langage corporel. Par ailleurs, le fait que le Prophète (saw) leur demanda la cause de leurs rires, ne démontre pas qu'il n'ait pas du tout compris la cause de leurs rires. Malgré que le Prophète (saw) ait compris la cause de leurs rires, cette question peut-être également significative avec une nature d’avertissement.

La communication orale, même si elle forme une ligne de la compréhension, à ce sujet c'est bien sur la communication corporelle qui est en avant. Car, les messages donnés par le corps sont par rapport aux messages oraux plus véridiques et donc plus persuasifs. C'est pour cette raison que dans la compréhension/lecture du niveau culturel, de la situation psychologique, de leurs intérêts et intentions des interlocuteurs la communication corporelle est en avant.


C. Quelques motivations envers les compagnons à propos du langage corporel

Omar (ra) avait interdit aux femmes de pleurer sur un défunt alors que celles-ci pleuraient d'une manière normale. Sur ce, le Prophète (saw) lui dit « Omar laisse-les pleurer. Car aujourd'hui est le jour où les yeux vont faire couler leurs larmes. »[3] Nous devons évaluer cette instruction comme une motivation corporelle qui n'est pas différente de l'intervention citée plus haut. Ici, le sujet en question est le fait de vivre la tristesse (à condition de ne pas dépasser le trait normal) au niveau physique/corporel. De cette manière, pleurer est un type d'expression physique de la tristesse. Ainsi, l'Envoyé d'Allah (saw) considère le pleure comme une manifestation physique à un moment de tristesse et de douleur et, il invite même à ceci. En fait, il considère le reflet excessif des sentiments par le corps comme un langage corporel débordant en dehors de la compréhension de la Sounnah.

« Allah est satisfait de voir la trace des bienfaits qu’Il accorde sur son serviteur. »[4] Ce hadith, est encore une instruction physique. Le Prophète (saw) a fait cette déclaration à cause d'un vêtement déplorable d'un homme malgré qu'il ait les moyens. Même si cette déclaration a pour cause l’habillement, il n'est pas correct de limiter cette instruction qu'avec l’habillement. Cependant, il ne faut pas oublier que l’habillement constitue un centre de messages intense en tant que langage corporel. En résumé, s’habiller normalement sans faire de gaspillage, ainsi que manger, boire et faire des dépenses est une expression corporelle des bienfaits accordés.

Malgré que l’on soit rassasié, ne pas se lever de table avant que les autres aient terminé leur repas, est encore un conseil de nature corporelle. Celui qui est rassasié mais, qui ne se lève pas de table car les autres continuent de manger donne le message dans le langage corporel qu'il continue de manger en restant à table. Ceux qui continuent de manger vont être protégés d'être la cible des yeux des autres grâce à cette vue. Au moins, ils ne vont pas avoir une telle impression.

Le Prophète (saw) est en même temps intervenu sur certains langages corporels pouvant être mal compris. Lors de la circumambulation autour de la Kaaba, un homme avait fait passer un anneau dans son nez et, il aidait un autre homme en le tirant avec celui-ci. Le Prophète (saw) coupa de suite cet anneau et lui ordonna de l'aider en le tenant par la main.

« Dans un milieu où se trouvent trois personnes, que deux personnes ne chuchotent pas à l’écart de la troisième. Ceci attristera la troisième. »[5] Ce hadith, est encore un énoncé que l'on peut évaluer sous la même catégorie. L’Envoyé d’Allah (saw) a essayé avec ce comportement d'empêcher une situation pouvant sans le vouloir réveiller les soupçons et pouvant faire de la peine.

Dans certains endroits, le Prophète (saw) est également intervenu dans les situations ne s'accordant pas avec la vérité. La transmission interdisant de faire semblant d'acheter dans le but de faire monter le prix est un autre exemple à ce sujet. Se comporter comme un client, en essayant de faire augmenter le prix, entraînera à ce que le prix sera plus élevé que la valeur du produit ce qui amènera à ce que le vrai client soit trompé. L'Envoyé d'Allah (saw), par son annonce à ce sujet a interdit de donner une telle apparence dans un but de malhonnêteté.


« Dans un milieu où se trouvent trois personnes, que deux personnes ne chuchotent pas à l’écart de la troisième. Ceci attristera la troisième. »


Conclusion 

Lorsque le Prophète (saw) faisait transmettre le message qui lui était révélé, la perception corporelle qu'il recevait de ses interlocuteurs a toujours été un facteur qui le guidait. Alors qu'il essayait de cerner leurs intérêts et souhaits, leurs préférences, leurs besoins, leurs intentions, leur situation intérieure, il a régulièrement utilisé ces perceptions et, il a géré cette stratégie en fonction de cela. En même temps, il a fait attention à ne pas utiliser une approche pouvant venir à l'encontre de ces données corporelles avec lesquelles il était en relation.

Le terrain d'activité du Prophète (saw) n'est pas limité à la dimension orale. Naturellement, les explications physiques sont aussi un domaine ayant pour but la motivation. Dans ce cadre, alors qu'il incitait pour une bonne utilisation du langage corporel, il intervenait lorsqu'il voyait une explication physique incorrecte. Lui, qui avait pour mission d’influencer les gens a compris que l'influence est la conclusion d'une bonne communication et, il a fourni un effort spécial au nom d'une communication idéale afin de comprendre les gens. À la fin des 23 années le point auquel est venu son enseignement se trouve dans sa réussite dans l'établissement de la communication et surtout, l'expression frappante de sa priorité à expliquer la compréhension.

---

[1] Buharî, Rikâk 17.

[2] Ahmed b. Hanbel, V.I, p. 420-421.

[3] Ahmed b. Hanbel, V.I, p. 110,273; İbn Mace, Cenaiz 53; Nesaî, Cenaiz 16.

[4] Tirmizî, Edeb 3; Egalement regardez. Abû Davud, Libas 15.

[5] Ahmed b. Hanbel, V. I, p. 438; Abû Davud, Edeb 24.

 

Commentaires

 
Aucun message. Cliquez pour ajouter un commentaire

Suivez ledernierprophete.info