Sira
Vie du Prophète Muhammad (saw)
 

5 - Le mariage de Muhammad (saw) avec Khadija (r.anha)


L’ascendance de Khadija (r.anha) fille de Khouvaylid b. Asad, un notable de Quraysh, croise celle du Prophète (saw) à leur ancêtre Qusay. Mariée à deux reprises avant le Prophète (saw), Kahdija (r.anha) était une femme noble, belle et aisée. Après la mort de son second époux, elle déclina nombre de demandes en mariage qu’elle recevait de la part de notables de Quraysh. Assurant son existence par le commerce avec des personnes qu’elle trouvait dignes de confiance, Khadija (r.anha) sur une recommandation, conclu un contrat d’association avec le Prophète (saw) qui était connu de son entourage par sa vertu et son intégrité morale, et le sollicita pour qu’il effectue un voyage commercial en Syrie, accompagné de sa servante Maysara. Sur un plan commercial, ce voyage fut un véritable succès. Satisfaite du résultat, Khadija (r.anha) constata la rectitude et la véracité de Muhammad (saw). Les propos élogieux que Khadija (r.anha) entendait de Maysara au sujet de la morale et du comportement de Muhammad (saw) ne firent que renforcer de jour en jour la confiance qu’elle lui témoignait ainsi que l’admiration qu’elle lui vouait. D’après la tradition, après un certain temps, elle demanda en personne ou fit demander par l’entremise d’une femme nommée Nafisa bint Oumayya (Mounya) le Prophète (saw) en mariage. Face à cette situation inattendue, Muhammad (saw) accepta la demande après avoir réfléchi un certain moment. Du fait que son père était décédé, Abou Tâlib et ses autres oncles allèrent demander la main de Khadija (r.anha) chez son oncle paternel Amr b. Asad. Sur l’accord de ce dernier, le mariage se conclut. Muhammad (saw) quitta la demeure d’Abou Tâlib pour rejoindre celle de Khadija (r.anha), et un foyer heureux fut ainsi fondé. Il est rapporté qu’à cette période, le Prophète (saw) avait vingt cinq ans et Khadija (r.anha) en avait quarante. D’autres sources rapportent que Khadija (r.anha) était plus jeune. De cette union du Prophète (saw) avec Khadija (r.anha) naquirent les enfants nommés Qasim, Zaynab, Roukiyya, Oumm Koulthoum, Fatima, Abdullah (Tayyib) et Tahir. Abdullah et Tahir moururent avant la prophétie. Bien que Tayyib et Tahir soient parfois mentionnés comme deux enfants distincts, il est également rapporté qu’il s’agit de deux surnoms d’Abdullah. À l’exception de Fatima, benjamine du Prophète (saw), tous ses enfants décédèrent avant lui, Fatima ne vécut qu’environ six mois après le décès de son père. En raison du prénom de son premier enfant, Qasim, le Prophète (saw) fut surnommé « Abu-l-Qasim ». Au moment de son mariage avec Khadija (r.anha) deux personnes se joignirent au foyer. Le premier et Zayd b. Haritha, qui fut offert par Khadija (r.anha) au Prophète (saw) et que ce dernier adopta après l’avoir affranchi. Le second est Ali b. Abou Tâlib qu’il prit à ses côtés, et dont l’âge à ce moment était de cinq ans selon certaines sources,afin d’aider son oncle Abou Tâlib, en proie à des difficultés financières suite à la sécheresse qui frappa la Mecque. Plus tard, le Prophète (saw) donna pour épouse à Ali sa fille Fatima ; sa descendance fut ainsi assurée par ses deux petits-enfants issus de cette union et qu’il aimait tant, Hasan et Hussein.

Khadija (r.anha) fut toujours, sur le plan matériel et moral, un soutien pour le Prophète (saw) tout au long de sa vie de couple avec lui qui dura près de vingt-cinq ans. Elle fut la première personne à croire à son message et celle qui était présente à ses côtés dans les périodes les plus difficiles de son existence. Première épouse du Prophète (saw) et mère de tous ses enfants à l’exception d’Ibrahim. Le Prophète (saw) n’oublia jamais son soutien et sa fidélité. C’est un fait notoire que le Prophète (saw) n’épousa, du vivant de Khadija (r.anha), aucune femme et, après son décès, contracta pour diverses raisons quelques mariages. Evoquant toujours Khadija (r.anha) en bien, le Prophète (saw) dit un jour à propos d’elle : « Allah ne m’a point accordé une meilleure épouse qu’elle. Tandis que tout le monde niait ma prophétie, elle a cru en moi. Tandis que tout le monde me démentait, elle m’a approuvé. Tandis que les gens me refusaient leur soutien matériel, elle m’assista financièrement. Allah m’accorda d’elle des enfants. »

 

Commentaires

 
Aucun message. Cliquez pour ajouter un commentaire

Suivez ledernierprophete.info