Sira
Vie du Prophète Muhammad (saw)
 

22 - L’événement de Raji’

Quelques mois après la bataille d’Ouhoud, une délégation représentant les tribus Adal et Qara arriva à Médine et, indiquant que l’Islam commençait à se diffuser dans leurs tribus, sollicitèrent le Messager d’Allah (saw) afin qu’il leur envoie des personnes capables de leur enseigner l’Islam et la lecture du Coran. La délégation de dix personnes que le Prophète (saw) envoya sous la direction de Âsim b. Thâbit (ou Marsad b. Abou Marsad) fit une halte près du puit de Raji’, sur les terres de la tribu Houdhayl entre la Mecque et Ousfân. À ce moment, un des représentants de la délégation qui avait demandé au Prophète (saw) l’envoi d’une délégation de guides et qui les accompagnait lors du voyage, se rendit auprès des Banu Lihyan, un clan appartenant à la tribu de Banu Houdhayl dont il connaissait l’hostilité au Prophète (saw), et les informa du lieu de la délégation. Immédiatement, un groupe armé de 100 hommes parmi les Banu Lihyan, lança une attaque (Safar 4/Juillet 625) et sept Compagnons dont Âsim b. Thâbit et Marsad b. Abou Marsad tombèrent en martyr. Parmi les trois restant, Abdullah b. Tariq fut tué en route ; quant à Houdayb b. Adi et Zayd b. Dasina, ils furent conduits à la Mecque et vendus aux Qurayshites qui désiraient venger leurs proches tués à Badr. Après la fin des mois sacrés les polythéistes mecquois conduisirent ces deux Compagnons qu’ils avaient gardés détenus un certain temps sur le lieu-dit Tan’im. Devant une foule nombreuse de spectateurs, ils leurs proposèrent de leur rendre la liberté si, en contrepartie, ils abjuraient l’Islam. Même dans ces conditions difficiles, les deux Compagnons réitérèrent leur fidélité au Prophète (saw) et montrèrent qu’ils ne redoutaient pas la mort sur la voie d’Allah et du Prophète (saw). Aussi, ils tombèrent en martyr sous les supplices que leur firent subir les polythéistes. Avant d’être exécuté, Houdayb b. Adi demanda la permission d’effectuer une prière de deux rakats (cycles) et il l’abrégea, autant que faire se peut, afin d’éviter que l’on dise qu’il allongea sa prière par crainte de la mort. Cette prière entra dans l’usage et, tout au long de l’histoire de l’Islam, fut pratiquée par tous ceux qui estimaient être condamnés à mort injustement.

L’événement de Raji’ et les faits qui s’ensuivirent causèrent à Médine une grande tristesse. Suite à cette attaque et à ce massacre qui constituait un casus belli, le Prophète (saw) organisa dans le but de « se livrer à des représailles », une expédition à la tribu de Banu Lihyan avec une troupe de 200 hommes dont 20 cavaliers (Rabi’ al Awwal 6 / Juillet-Août 627). Seulement, les Banu Lihyan qui eurent vent de l’arrivée de l’armée musulmane se retirèrent vers les collines. Par conséquent, le Prophète (saw) rentra après une halte de deux jours sur leurs terres.

 

 

 

Commentaires

 
Aucun message. Cliquez pour ajouter un commentaire

Suivez ledernierprophete.info